dimanche 23 avril 2017

23 Avril

                                            Je n'avais pas envie d'élégance ce matin....

vendredi 21 avril 2017

Science dure contre science molle





Louis éminent professeur de mécanique quantique, après un déjeuner-choucroute pensant faire une courte sieste réparatrice s’était lourdement endormi.

Depuis quelques temps, exactement depuis qu’il avait résolu le mystère du chat de Schrödinger, son sommeil était habité d’un rêve récurrent.

Une fois de plus le voilà dans le salon de peluche rouge de l’effroyable cartomancienne au visage resté dans l’ombre. La gitane, brutalement,  pousse devant lui une feuille de papier blanc. Horreur elle va appeler l’âme de Diable sait quel  entêté poète que la gloire avait oublié et le forcer encore à cette écriture automatique ! Louis a beau se démener il sent son esprit rationnel envahi par une chose qu’il abhorre : la poésie ! Quelle est l’âme damnée qui lui souffle ces vers de mirliton qui tintinnabulent dans son esprit affolé ! Il ne peut même pas raccrocher sa raison à ces mots incongrus agencés d’une manière abracadabrante. Il est totalement habité par l’esprit d’un autre qui lui dicte ces calembredaines que son esprit cartésien a toujours eu en horreur. Son intelligence si précieuse lui est volée, c’est intolérable. Louis supplie la voyante de le libérer de ce défunt poète et plutôt de lui révéler son avenir. Elle résiste à toute influence empathique et Louis continue de subir cette torture mentale qui va le rendre idiot, il le sent !

Comme chaque fois, à ce moment  de son cauchemar, alors qu’il pense que sa tête va éclater Louis se met à genoux et appelle un exorciste libérateur. Pendant que la cartomancienne se ratatine derrière sa boule de cristal Louis récite avec ferveur toutes les prières contenues dans l’Évangile, le Coran et la Tora. Malgré ces recours précieux et  qui ont fait leurs preuves ici où ailleurs, l’entité malfaisante du rimailleur refuse de rejoindre les limbes et l'abreuve d'alexandrins boiteux.
 Louis est au supplice.

C’est alors que son chien, gavé de saucisse fumée qui gémissait inquiet à ses pieds, le réveille d’un bon coup de langue parfumée.

mercredi 19 avril 2017

mardi 18 avril 2017